Attaque par fragmentation

Une « attaque par fragmentation » (en anglais fragment attack) est une attaque réseau par saturation (déni de service) exploitant le principe de fragmentation du protocole IP.

En effet, le protocole IP est prévu pour fragmenter les paquets de taille importante en plusieurs paquets IP possédant chacun un numéro de séquence et un numéro d'identification commun. A réception des données, le destinataire réassemble les paquets grâce aux valeurs de décalage (en anglais offset) qu'ils contiennent.

L'attaque par fragmentation la plus célèbre est l'attaque Teardrop. Le principe de l'attaque Teardrop consiste à insérer dans des paquets fragmentés des informations de décalage erronées. Ainsi, lors du réassemblage il existe des vides ou des recoupements (overlapping), pouvant provoquer une instabilité du système.

A ce jour, les systèmes récents ne sont plus vulnérables à cette attaque.